Écriture thérapeutique

Dans les lignes qui vont suivre, je vais partager avec toi mon échappatoire au confinement : l’écriture thérapeutique. En effet, je ne suis pas habituée à rester chez moi et le télétravail est limité dans mon activité. Je t’ai déjà parlé de mon journal de confinement et c’est le moment choisi pour développer la méthode.

Quand l’écriture devient thérapeutique

A travers des poèmes ou un journal intime, l’écriture est pour certains une échappatoire. Que peut-elle soigner et comment ?

J’anime des ateliers d’écriture, au cours desquels j’apprends aux autres à soigner leur écriture et à se soigner par l’écriture. J’ai simplement appliqué l’écriture thérapeutique à ma routine quotidienne en y ajoutant des projets dessinés.

L’écriture est un fil de vie qui respire et bouge au fur et à mesure des évènements de la vie. J’utilise mon journal pour me soutenir dans les ruptures et les deuils par exemple. Même s’ils sont des passages uniques, ils servent à changer de dimension, approchant des petites morts, ou des morts véritables. Le confinement est un deuil, celui de ma liberté.

Comment faire ?

Sans tomber dans l’écriture automatique, nous pouvons lever la censure du langage écrit et de ses codes. Je peux laisser la rage, la colère et l’impuissance vivre leur rythme et déformer, laisser déformer mes lettres.

Parfois, je prends un gros feutre noir pour écrire très gros. Je change aussi de papier : papier craft, carton, etc. Écrire aussi avec la main gauche et laisser aller ce qui vient, même si c’est incohérent. Je peux ainsi marier le sens des mots et le dessin des lettres en m’accordant le droit de ne plus faire comme d’habitude, de faire autre chose, car la situation actuelle est une autre chose qui arrive dans ma vie.

Je vais même t’avouer que je suis capable de saccager mon journal.

Peut-on vaincre son manque de confiance en soi grâce à l’écriture thérapeutique ?

Bonne question car cette écriture thérapeutique m’autoriser à voir ce qui rend timide ou non-confiant est déjà la porte est ouverte à une autre manière de me comporter.

Quand on écrit, le geste va de la tête à la main. On commence l’exploration de soi-même, les blocages, les interdits, les transgressions inconscientes. Nous changeons alors un seul signe, une seule lettre qui porte particulièrement le problème et que j’ai appelé le signe-totem. Cela suffit pour déclencher la collaboration entre le conscient et l’inconscient.

Écrire à l’aide d’un ordinateur offre-t-il les mêmes vertus thérapeutiques ?

Écrire est toujours formidable mais dans une version thérapeutique, mieux vaut essayer de garder son écriture manuscrite. Elle relie les lettres entre elles.

Je peux ainsi imaginer chaque lettre debout sur la page, qui se donnent la main, le lien, la relation, le féminin. C’est la suprématie de la plume sur le clavier !

Je suis déjà enfermée dans une boite en restant chez moi alors je préfère danser dans mes lettres. Ces lettres pleurent l’ancre sur le papier. Elles soignent d’elles-mêmes les mots-maux qui se couchent sur un papier.

Santé, rangement et projets

Par l’écriture quotidienne, je prends conscience de ma vie au sens large car finalement, le confinement n’est qu’un déclencheur. Cette pause a aussi des effets bénéfiques, même si je n’avais pas envie de regarder les choses en face.

J’ai archivé mes anciens carnets et nettoyé mon espace privé car j’ai décidé de me remettre à la couture. Un grand nettoyage s’impose pour atteindre mes cartons de tissus mais je suis sur la bonne voie. Je redécouvre mon jardin où j’ai pris les photos du nouveau carnet que tu trouveras dans la boutique.

On se quitte sur la vidéo de ce nouveau carnet

Et de ton coté, comment passes-tu ton temps ? Tu peux aussi me dire en commentaire si ce carnet te plait, j’aurai plaisir à te lire. A très bientôt.

Author: Angélique

Savoir écouter les chevaux pour une expérience sensible de la nature
Naturopathe et Ecothérapeute (Une quête de soi avec le cheval pour guide)
Conférencière, Auteur
Études et recherches : Éthologie et cognition comparée

5 thoughts on “Écriture thérapeutique

  1. bonjour, comment vas tu? j’espère que mon commentaire marchera cette fois ci 😉
    je te disais donc que j’aime beaucoup écrire mais encore une fois, manque de temps pour réaliser toutes les activités que j’aime. il y en a trop, ce doit être ça le problème 😉
    passe un bon dimanche et à bientôt!

    1. Hello, oui, ton commentaire est bien là 🙂
      Je crois que je suis un peu comme toi, trop d’activités, passons à la slow life.
      Je te souhaite un bon dimanche

Merci de laisser une trace de votre passage, je vous lirai avec plaisir.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.