Covid 19 : Le buzz marketing

Aujourd’hui, je vais partager ma réflexion personnelle sur le covid 19. Car après deux mois de répression, où en est-on réellement ?

Mon journal de confinement

Quand j’ai écrit ces lignes, le gouvernement annonçait son “plan” de dé-confinement. J’avoue ne pas avoir écouté le discours politique car n’ayant pas de téléviseur, je m’étais déjà dispensée des précédents. Quand aux réseaux sociaux, j’ai fermé définitivement mon compte Facebook que je limitais pourtant aux personnes connues.

La mort fait partie de la vie et je n’ai pas peur de mourir, que ce soit du covid 19 ou d’une chute de cheval. Je suis heureuse de vivre mais je pense que la mort est inévitable et naturelle.

Covid 19, le virus prédateur de l’homme ?

Même si je suis végétarienne, je tue pour ma survie puisque les végétaux vivent avec leur ADN. Chaque jour, les hommes chargent des animaux vers les abattoirs pour manger leur viande. L’humain élimine souvent la vie pour nourrir la sienne et c’est un cycle naturel finalement.

Cependant, l’humain est égoïste car si l’animal accepte de mourir, l’homme est toujours en quête de la vie éternelle quel qu’en soit le prix. Face aux virus, notre système immunitaire nous offre la possibilité de nous défendre contre l’envahisseur. Nous avons beaucoup plus de chances de survie que ceux que nous tuons pour manger, pour notre confort et dans les guerres.

Régulation

En ce début du XXI ème siècle, la population humaine est beaucoup trop nombreuse. Contrairement aux autre animaux, l’humain continue à se reproduire et tant pis si la terre ne produit plus assez de ressources. Le covid 19, comme les différentes grippes sont des virus ainsi que la gastro-entérite ou Ebola.

Il y a quelques années, j’ai vu une amie mourir de la grippe et c’était bien avant la fameuse H1N1. Cette amie était affaiblie par l’anorexie et n’avait plus la capacité physique de combattre le virus.

Sommes nous pour autant confinés chaque année à cause de l’épidémie de grippe ? Non bien sûr alors qu’il n’existe pas de vaccin fiable et pourtant, la grippe est mortelle. Le virus régule un peu la population humaine en quelque sorte.

Grippe et Covid 19

J’ai eu la grippe deux fois en 50 ans et j’ai été clouée au lit pendant 8 jours mais je suis toujours vivante. D’ailleurs, la grippe ne se soigne pas puisque les antibiotiques sont inefficaces contre les virus : j’ai dormi et j’ai laissé mon système immunitaire faire son boulot.

Le covid 19 était connu depuis décembre 2019 mais c’est en mars 2020 que les médias ont semé la panique. Le début d’un buzz marketing dans lequel la peur est plus dangereuse que le virus.

Confinement

Pendant ces deux derniers mois, la pression s’est abattue sur nous avec une forte répression policière renforcée par les dénonciations : “allô, la police? Untel se promène et ça fait trois fois depuis ce matin” – Et vlan ! 135e !!!

Sincèrement, je me suis demandée si nous étions réellement en danger à cause d’une pandémie ou si la haine serait encore plus virulente.. Lundi 11 mai, nous avons finalement retrouvé une liberté relative.

A vos masques!!!

Alors oui, désolée, j’ai finalement rigolé quand j’ai appris que les grandes surfaces vendaient des masques dont nous n’avions pas besoin jusqu’à ce jour. Commerce lucratif étant donné que le port du masque est obligatoire dans certains endroits ainsi que le gel hydroalcoolique.

Si nos commerces locaux ont été remarqués pendant le confinement, c’est le grand retour de la grande distribution et des masques disponibles en caisses. Je ne me sens pas protégée par cette mise en place, bien au contraire.

Pendant le confinement

La grande occupation de ces deux derniers mois ? L’extermination du moindre brin d’herbe qui dépassait des bordures des jardins. Le bruit des tondeuses à longueur de journées et dois-je parler du passage des désherbants ? Je découvre aussi que le tabac est de première nécessité puisque ces commerces sont restés ouverts alors que les maladies cardio-vasculaires tuent, les cancers aussi.

Donc, pour échapper au covid 19, nous pouvions fumer et bouffer n’importe quoi en regardant la télé, c’est bien ça ?

Marketing covid 19 : c’est parti

Nous avons été contraints de rester chez nous tant que le covid 19 ne vendait rien en fait. Maintenant, nous sommes obligés d’acheter des masques et l’industrie pharmaceutique s’enrichira sur le prochain vaccin. Vous savez, ces fameux vaccins obligatoires dont personne ne communique le rapport bénéfices/risques…

La nature aura au moins bénéficié d’une petite pause mais le confinement aura aussi terriblement appauvri ceux dont on parle pas. Notre gouvernement s’est préoccupé du covid 19 mais pas des sans abris qui meurent encore chaque année de faim et de froid.

Je laisse de coté mon journal de confinement avec une réflexion sur cette liste des guerres contemporaines.

Author: Angélique

Savoir écouter les chevaux pour une expérience sensible de la nature
Naturopathe et Ecothérapeute (Une quête de soi avec le cheval pour guide)
Conférencière, Auteur
Études et recherches : Éthologie et cognition comparée

5 thoughts on “Covid 19 : Le buzz marketing

  1. bonjour, comment vas tu? ma réflexion rejoint al tienne sur de nombreuses choses. mais je reste malgré tout craintive quant à ma mort. comme mon fils est encore à ma charge, je me demande ce qu’il adviendrait de lui si je venais à disparaitre subitement. passe un bon week end et à bientôt!

  2. Bonjour, comme je te le disais, je suis bien sur d’accord.J’irai seulement plus loin. Je ne me suis pas réellement confiné, je n’ai pas voulu participer à cette grand messe de la peur. Je ne porte pas de masques, sauf là ou c’est obligatoire et je le mets ostensiblement devant l’entrée. Quand je rencontre la plupart de mes élève de yoga, nous continuons et continuerons à nous faire la bise (hommes et femmes). Par contre, 95% de ce que je mange, provient de mon jardin, je fais une partie de mes semences, et prends le reste en bio. Pas de pesticides, le seul engrais est mon compost, et ma viande qui pousse dans mon jardin et est tuée avec respect, remerciement et amour, me garanti de me nourrir sainement et avec des apports en nutriments essentiels suffisants. Et comme tu le disais, si je dois mourir de ce virus, alors c’est que tel était mon destin. La gestion catastrophique par le monde occidental de cette crise, ne dois pas faire oublier une chose: On n’a beaucoup parlé de la canicule de 2003, et de ces 15 000 mort chez les personnes âgées, mais qui est allé voir la courbe de mortalité dans les mois qui ont suivi?? Personne! Sinon tout le monde saurait que le nombre de mort global de 2003 n’était pas supérieur à la moyenne!!! De la même façon, si on vérifie en fin d’année le nombre de mort en France ou ailleurs sur 2020, personne ne peut dire, à ce jour, qu’il sera alarmant, ni même supérieur aux années précédentes. Et si on n’avait seulement décalé la mort de personnes qui de toute façon avaient déjà entrouvertes les porte du départ? Alors je ne parle pas là du drame humain que cela peut représenter. Seulement de la réalité objective des chiffres. Sais-tu, par exemple, que les chiffres de l’INSEE pour les 3 premiers mois de l’année (J/F/M), sont inférieurs en nombre de mort à la même période de 2019, alors même que la crise avait déjà commencée?? Mais de cela, personne ne parle…. Bien à toi.

    1. Bonjour Yoginours et merci beaucoup pour ces précisions.Je me sens moins seul car effectivement, je n’ai pas réellement confiné et je n’ai pas de masque sauf sur le marché (en bille) où j’ai été obligée de le mettre samedi. Malheureusement, les médias ont réellement semé une psychose hypocondriaque.
      Personne ne regarde les chiffres autres que ceux diffusés sur les écrans à ce que j’ai constaté et la peur a tendance à tuer l’esprit.
      A très bientôt

Merci de laisser une trace de votre passage, je vous lirai avec plaisir.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.